Le jour où j’ai décidé d’être optimiste (enfin d’arrêter un peu de me plaindre)

optimisme

Dans mon dernier article je vous parlais de ces petites habitudes qui me font du bien. J’aurais pu rajouter que le fait d’essayer de devenir optimiste était l’une de ces habitudes vraiment essentielles. Vous voyez le verre à moitié vide plutôt qu’à moitié plein ? Vous vous inquiétez pour le futur ? Avez peur que les choses se passent mal ? Moi aussi j’étais comme ça, à constamment imaginer le pire. Vous êtes au bon endroit. L’optimisme ça s’apprend et j’avais envie de vous donner quelques tips pour voir la vie du bon côté !

  • 1/ Parce que c’est sympa d’être contente dans la vie non ?
  • 2/ Parce que être positif ça nous pousse à avancer dans ses projets

Être optimiste c’est être utopiste (et donc naïf) ?

Alors c’est souvent ce qu’on dit sur les personnes optimistes. Mais c’est une mauvaise représentation. Certes on peut se dire qu’être pessimiste ça peut aussi avoir ses bons côtés, on serait plus dans le réel des choses, on appréhendai plus les risques… Mais un optimiste n’est pas dans l’imaginaire ou complètement aveugle.

Il va plutôt voir les choses du bon côté, se concentrer sur l’avenir, ne pas ressasser les échecs. L’optimiste se projette, avance quand un pessimiste peut avoir tendance à s’arrêter, à s’empêcher par peur de l’échec. Donc l’optimiste est plus dans l’action, dans un cercle vertueux qui le pousse à accomplir et c’est vraiment vers cette voie que j’ai envie d’aller.

Sortir de sa zone de confort est plutôt une qualité des optimistes, en ayant de l’espoir dans tout ce qu’ils entreprennent, ils essayent, tentent même s’ils risquent l’échec. Un pessimiste n’essayerai même pas.

Les bienfaits de l’optimisme

L’optimiste c’est avoir confiance dans l’issue favorable d’une situation. Evidemment tout ne peut pas toujours bien se passer mais il faut distinguer deux choses :

  • si j’ai de l’emprise sur cette situation
  • si je n’ai aucun impact sur cette situation

Dans le premier point si je peux avoir une influence et si je suis dans un état d’esprit optimiste mon action joue dans l’issue de la situation. Ainsi j’ai plus tendance à faire en sorte qu’elle se finisse bien. Mon intérêt est de faire les choses bien. Et ma volonté et mon action suivent alors cette voie.

Dans le deuxième cas, je ne peux rien faire pour contrôler la situation. Mais je dois me demander quel est le réel impact de celui-ci sur moi et sur mes proches pour évaluer du caractère important ou non. Si ce n’est pas important, ça ne sert à rien de s’angoisser sur une sujet. S’il l’est, l’optimisme permet d’avoir de l’espoir et de se mettre en ordre de marche pour mieux vivre la situation.

Prenons l’exemple du confinement, je n’avais aucune emprise dessus et clairement on nous faisait peur. Mais au lieu de me lamenter, de regretter le passé où je pouvais me balader comme je le voulais, j’ai plutôt gardé espoir et tourné cette « détention à résidence » en quelque chose de positif. J’ai pris le temps de construire des projets (oui oui ranger un dressing est un projet) et aujourd’hui je suis plus apaisée qu’avant.

Au final cet optimisme m’a aidé à me sentir moins angoissée face à la situation, j’étais plus sereine. Et se sentir bien c’est se mettre dans de bonnes dispositions pour créer, construire et avoir confiance en soi. Au lieu d’avoir peur de tout, peur de l’échec, de ne pas vouloir prendre de risque, de stagner et de ne pas sortir de sa zone de confort. Franchement je préfère l’option confiance en soi pas vous ?

L’optimisme ça s’apprend

Même si certaines personnes sont plus enclines à l’optimisme, rien n’est perdu pour les experts râleurs. Mais vraiment pour vous donner une image c’est comme se désencombrer de lourds poids sur le corps (comme sur l’épreuve des sacs de Koh-Lanta là). On se sent plus léger. Evidemment parfois il m’arrive de me plaindre mais j’essaye de relativiser et ça va tout de suite mieux.

#1 Souriez-vous êtes filmés !

Pour débuter votre chemin sur l’optimisme je pense que le fait de sourire est déjà une première étape qui impacte notre vision des choses. Ça à l’air de rien comme ça mais on est vraiment dans un meilleur mood si on sourit plus souvent. Alors riez ! Et ça ira mieux.

#2 Prenez une grande inspiration

Parfois juste le fait de bien respirer face à une situation peut aider à la relativiser. Je me souviens comment j’étais exaspérée dans le métro, serrée et quand d’autres personnes essayaient de rentrer (alors qu’il n’y avait plus de place). Au final on prend une grande inspiration et on se dit que c’est pas si grave. On met en route une musique ou un podcast et on se concentre dessus. Et bim je passe à autre chose. C’est simple non ? Donc allez-y.

#3 Ne pas ressasser

Concentrez vous sur les solutions à votre problème et pas sur le fait d’avoir un problème. Être optimiste c’est avoir de l’espoir et donc avoir confiance dans le fait que la situation peut se régler positivement. Donc on arrête de penser aux problèmes passés, on analyse et on se projette. Trouver des solutions c’est cool franchement non ? Alors au lieu de s’enliser, on agit.

Et si vous voulez en savoir un peu plus je vous conseille deux podcasts sur le sujet de l’optimisme :

Et vous c’est quoi vos astuces pour être optimiste ? #soso

2 Replies to “Le jour où j’ai décidé d’être optimiste (enfin d’arrêter un peu de me plaindre)”

  1. Au réveil, sourire car on a dormit dans un lit et on a la chance d’en avoir un (même si bébé pleure et que c’est des fois pas simple car vous avez la chance d’avoir ce bébé), choisir sa tenue selon le temps car on a la chance d’avoir ce choix, prrndre une douche chaude… nous sommes bien râleurs nous qui vivons dans le confort!

    1. Ça c’est sur, il faut réussir à se rendre compte de la chance que nous avons et vraiment regarder le verre à moitié plein. C’est tellement plus relaxant de voir la vie comme ça ! Merci Odrey pour ton commentaire.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.