Je deviens une cougar ? Non je stoppe l’alcool (et le coca) pendant un mois

jus d'orange

Hé oh calmate, je vous vois déjà venir avec des « mais tout le monde parle de ça, espèce de bobo suiveuse de tendance », teuteuteu…De un ce n’est pas la première fois que je fais ça, de deux je fais ce que je veux. 

Pourquoi tu fais ça ?

Bah oui pourquoi ?

Toute cette histoire a commencé en septembre 2017, je rentrai de vacances et je passais mes soirées à profiter du beau temps parisien (oui oui ça existe ce n’est pas un mythe) et des terrasses de café : une pinte par ci, un cocktail par là. Sans vraiment m’en rendre compte je buvais presque tous les jours, sans excès à chaque fois mais quand même tous les jours.
Alors j’ai dis stop
et je me suis dis qu’il fallait que je me prouve que j’étais capable de ne pas boire. C’est bizarre dit comme ça, mais cet espèce « d’alcoolisme mondain » ça m’insupporte.

Résultat ???

Je n’ai pas pris un verre pendant un mois, troquant les verres de vin avec de la grenadine et vous savez quoi ? Cela m’a vraiment plu. J’étais globalement moins fatiguée, moins de maux de ventre, quelques économies et 2 kilos perdus. Mais comme souvent, les bonnes habitudes sont les plus difficiles à garder et j’avais besoin de réitérer l’expérience cette année pour repartir sur de bonnes bases. 👌

Vendredi 21 Mars 2019, petite soirée sympa entre amis autour de quelques pintes. Je rentre avec mon chéri et je souffre de maux de ventre terribles. Dernièrement ça m’arrivait assez souvent et je commençais à faire le lien entre consommation d’alcool et de coca (mais j’y reviendrai plus tard) et ces douleurs. 

Trop c’est trop, j’arrête pendant un mois pour voir ce que ça donne.



La dure loi de la sociabilité

Alors comme d’habitude j’ai eu le droit aux classiques « mais pourquoi tu fais ça ? », « ça sert à rien », « comment tu fais pour être dans l’ambiance de la soirée » -> bah tout simplement en profitant de mes potes

Qu’on se le dise, socialement c’est peu acceptable de ne pas boire et c’est surement ça le plus difficile au fond. L’alcool ne m’a pas vraiment manqué, je me suis faite aux cocktails sans alcool, aux grenadines et aux regards étonnés de mes potes.


Au final après un mois, je me sens mieux, moins fatiguée, j’ai moins de maux de ventre et je bois vraiment pour le plaisir pas juste pour habitude. J’ai envie de rester sur ce bon mood, je pense que le mois de mars m’aide à me sortir de mon hibernation comme l’an dernier, espérons que ça reste tout au fil de l’année.

Paroles d’une accro au coca

Concernant le coca c’est une autre histoire. Je suis une véritable accro au coca zéro. J’en ai de manière illimitée au travail, donc ça n’a fait qu’aggraver mon addiction, je devais être à 3-4 canettes par jour. Au moment de faire mon mois sans alcool pour diminuer mes maux de ventre, je me suis dis que le coca devais aussi être une cause forte de ces problèmes. Et aujourd’hui je pense que j’avais raison. Sauf que le coca a un vice supplémentaire, il m’a rendu accro au sucre. Tout au long du mois je n’ai fais que compenser cette addiction, avec des jus ultra sucrés et des envies de grignoter.

Le défi aujourd’hui est ne pas reprendre le coca et de réduire les jus trop sucrés. 

Se faire du bien avant tout

Le bilan est assez positif, je suis contente de ne pas avoir craquée par rapport au regard critique des autres. Je pense que je vais globalement réussir à réduire ma consommation et à me faire plus plaisir sur la qualité que la quantité. Côté coca, je ne veux plus en boire, je vais essayer de résister et de trouver des compensateurs plus sains que des jus pago 🙂 Si vous avez des conseils, n’hésitez pas à l’indiquer dans les commentaires.

Au delà de cet aspect, je compte bien reprendre soin de mon corps, ça commence aussi par le sport donc rendez vous sur l’article de Camille pour se remettre au sport pour continuer à se mettre dans un bon mood.

Laisser un commentaire